BangBang : bangbangblog.com

S.T.Y.L.E.S.

Land of Talk : soirée mélodieuse dans le Mile-End

Stéphanie Chicoine
20 novembre 2010

Que faire lorsque nos Glorieux manquent de coeur et perdent contre une des pires équipes de la LNH? Pas grand chose, mais je pouvais terminer la soirée en beauté avec le concert de Land of Talk au Cabaret du Mile-End hier soir.

Tel que mentionné il y a quelques jours, je voyais Liz Powell et sa bande pour la première fois depuis la parution de leur premier EP, Applaud Cheer Boo Hiss. Quelle honte, me direz-vous, mais mieux vaut tard que jamais.

Premièrement, parlons de la salle. Une autre première pour moi. Je vais peut-être me tirer une balle dans le pied avec cette comparaison, mais le Cabaret du Mile-End me fait étrangement penser au Spectrum avec ses petites lumières au plafond, mais en version salle communautaire pour les soirées dansantes. La scène ne semble pas trop centrée dans le milieu de l’espace de la salle et il y a quelques modifications d’aménagement à faire pour la table de merch et les chaises et les tables empilées près de la scène, mais sinon, j’aime beaucoup cette place.

Deuxièmement, les premières parties. Le groupe Braids débutait la soirée vers 9h30, mais je n’ai pu qu’entendre la dernière chanson. Ce fut suffisant pour  me procurer une carte de téléchargement de cinq chansons après leur performance, question de me préparer pour la parution du nouvel album, intitulé Native Speaker. Un groupe à surveiller, parole de Stéphanie.Vers 10h45, Snailhouse (alias Mike Fuerstack) a embarqué sur la scène, pour nous offrir quelques pièces de ses diverses parutions. Une musique tranquille, apaisante, folk, blues, à la limite sexy pour une soirée en tête-en-tête avec votre tendre moitié dans un chalet. Vous me direz que je pense peut-être un peu trop quand je vais voir un concert, mais mon amie Katherine pourra vous confirmer ce que je ressentais lors de l’écoute de la performance de Snailhouse. Ce dernier a d’ailleurs fait quelques blagues sur sa musique quasi-trop relax, en disant que le party commencerait vraiment lors de l’arrivée de Land of Talk. Je dirais plutôt que Snailhouse était un méchant bon apéro avant le ‘party’.

Finalement, Land of Talk se pointe vers 11h30. Je suis complètement amorphe et semi-réceptive à l’écoute de ce concert. Je blâme mon rythme de fonctionnaire en vie de couple qui est généralement très casanière les jours de la semaine. (wow, je n’ai que 27 ans, que vais-je faire à 40 ans?) Le trio est accompagné d’une choriste, ainsi que des membres du groupe Suuns, qui a fait la tournée américaine avec LOT.

La voix de Liz Powell est en parfaite condition, toutefois, elle ne l’utilisait pas toujours à sa juste valeur. Les premières chansons manquaient un brin de portée, de confiance. Sa présence sur scène était un brin inégale. Elle était assez statique, voir même timide devant son micro, par contre, lorsque elle fraternisait avec les musiciens, elle bougeait avec passion, elle souriait, sortait la langue pour déconner, bref, elle semblait avoir plus de plaisir en jouant de la guitare qu’avec son micro.

En ce qui a trait au répertoire musical offert durant les 90 minutes du concert, nous avons été régalés par un pot-pourri de la discographie du groupe, avec, bien sur, une emphase justifiée des pièces de Cloak and Cipher. Sans vous donner un setlist complet, car je suis nulle pour cet exercice, nous avons pu, entre autres, entendre ‘Swift Coin’, ‘Some Are Lakes’, ‘It’s Okay’, ‘Goaltime Exposure’ , ‘Summer Special’, ‘Quarry Hymns’ et ‘Cloak and Cipher’.

Bien que j’étais comateuse et que Morphée m’invitait à retrouver mon lit pour une sublime nuit de sommeil, j’étais extrêmement satisfaite de ma soirée.

Voici une petite vidéo prise sur les Interwebs, de la pièce ‘It’s Okay’, la première chanson offerte au rappel:

Merci à Blue Skies Turn Black pour la magnifique soirée.

Un commentaire

S.T.Y.L.E.S.

Stéphanie Chicoine

Un blog utilisant bangbangblog.com

À propos