BangBang : bangbangblog.com

S.T.Y.L.E.S.

St.Vincent au Théâtre Corona : Merci very much

Stéphanie Chicoine
19 décembre 2011

Annie Clark, alias St.Vincent, était de passage au Théâtre Corona samedi soir pour clore la première partie de sa tournée. Une soirée haute en couleur avec quelques tranches de vie, un brin d’excentricité, un commentaire très aléatoire d’un fan et du crowd surfing…

Si la jeune texane de 29 ans semble timide par moment, ce n’est que pour mieux dévoiler sa folie contagieuse lors de ses solos de guitare et de ses interventions entre les chansons, où nous avons pu entendre des histoires farfelues sur son amie designer d’intérieur, sur le making-of du vidéoclip pour la pièce Cruel et même sur sa mère. J’avais parfois l’impression de voir une version féminine de Dr.Jekyll & Mr.Hyde. Une artiste difficile à saisir et imprévisible, mais oh combien fascinante.

Le répertoire offert samedi soir provenait majoritairement du dernier opus Strange Mercy, qui figure dans mes albums préférés de l’année. Coup de cœur pour Chloe in the Afternoon, Cheerleader, Cruel, Save Me From What I Want et Your Lips Are Red, pièce servie à la toute fin du rappel. C’est d’ailleurs lors de cette chanson que le côté rock diabolique de la chanteuse s’est hautement manifesté en s’adonnant à une petite séance de crowd surfing, en offrant sa guitare aux admirateurs pour un petit moment d’improvisation et en criant quelques ‘Fuck’ ici et là. Les 17 chansons furent teintées d’un sublime jeu de lumière qui agrémenta à la perfection la scène du Théâtre Corona.

J’ai deux petits bémols concernant ce spectacle. Le premier, gracieuseté d’un fan planté pas très loin de moi a demandé à la chanteuse si elle avait déjà joué avec Jack White. « Like in us jamming together? No, but I’ll definitely give him a call » dit-elle avec humour. Une question très aléatoire et bête qui s’est conclue en un moment très divertissant de la part de la chanteuse. Un deuxième bémol pour le volet sonore, où la voix de la chanteuse était souvent enterrée par la batterie et le synthétiseur.

J’ai passé un agréable moment avec la chanteuse, qui semble également avoir eu beaucoup de plaisir chez nous. La preuve, un petit commentaire mignon sur son compte Twitter…

J’aimerais citer l’artiste qui, entre deux chansons, nous a dit tout simplement : « Merci very much ». Ma chère Annie, « you’re la bienvenue » quand tu veux à Montréal.

En première partie, Cold Specks, une jeune musicienne native d’Etobicoke, a proposé au public une musique folk digne d’intérêt. Elle ne révolutionne pas le genre, car le folk a la cote depuis quelque temps, par contre, celle qui qualifie sa musique de ‘doom soul’ m’a séduite en l’espace de quelques instants avec sa voix parsemée d’influences gospel et de maturité. Al Spx, 23 ans, réside maintenant à Londres et obtient déjà des éloges dans son pays d’adoption. Je parie que ces éloges traverseront l’Atlantique en 2012, année où elle lancera son disque chez nous. Vous pouvez déjà entendre deux chansons sur le site d’Arts & Crafts.

Un gros merci à Sophie Laforest pour les deux sublimes photos de St.Vincent!

Un commentaire

S.T.Y.L.E.S.

Stéphanie Chicoine

Un blog utilisant bangbangblog.com

À propos